Archives de la catégorie: Peinture

Home / Archive by category "Peinture"

Autour du mariage 2: L’arbre à empreintes

 L’arbre à empreintes

Lors d’une réunion, fête de famille, mariage, baptême ect… Nous cherchons tous à immortaliser l’instant. Photographies et vidéos sont les outils indispensables et infaillibles pour garantir la mémoire intacte du précieux événement. On imprime, on encadre, on expose, on visionne et revisionne avec délectation ces instants heureux mais fugaces. L’Arbre à empreintes est une variante plus poétique de marquer à jamais, d’emprisonner aussi, un souvenir qui nous est cher.

L’arbre de vies

Pas de visages, de poses, de sourires, les souvenirs sont dans la tête, avec pour chacun sa propre perception.

Là, il y a un tableau, chacun y dépose son empreinte. Cet assemblage s’agglutine autour de branches, d’un tronc, pour former un arbre prolixe en feuillage humain. Chacun livre ainsi cette partie unique de lui-même. C’est là que réside toute la poésie de l’ouvrage, matérialiser des êtres sans visage par une signature qui leur est propre. Un arbre du souvenir… Mais surtout un arbre de vies.

J’ai donc sélectionné une photo personnelle de notre catalogue commun à Frédéric Role et moi-même. Je l’ai retravaillée pour l’épurer sous Illustrator et Photoshop afin d’obtenir une souche de base originale.

CNFR-IG9-3923-834x1024 Autour du mariage 2: L'arbre à empreintes Peinture Photographie

Arbres d’hiver

arbre-sans-nom-30x40-742x1024 Autour du mariage 2: L'arbre à empreintes Peinture Photographie

Arbre à empreintes

CNKa--808x1024 Autour du mariage 2: L'arbre à empreintes Peinture Photographie

Arbre à empreintes personnalisé

Arbre-dempreintes-finalisé Autour du mariage 2: L'arbre à empreintes Peinture Photographie

Arbre à empreintes finalisé

Asphyxie

Occupée

C’est avec beaucoup de retard que je mets fin à cet article… manque de temps évidemment ! Débordée comme souvent, j’aurais souhaiter  qu’une journée comporte plus de 24 heures. Ce projet, Asphyxie, a en effet mobilisé beaucoup de mon énergie et de mon temps. Il m’a accaparé, vampirisé, je dois bien l’admettre, bien plus que je ne le pensais et au détriment de tout le reste, bien malgré moi.

Donc, nous en étions restés à la prise de vue, pose des bandes plâtrées, et obtention d’une matrice. Il faut tout d’abord, en revenir au choix de l’image sélectionnée parmi les autres, pour connaître la suite, en voici quelques exemples, obtenus lors de la prise de vue (cf: article ” Making of“).

portrait-rideaux-asphyxie-noir-et-blanc-1 Asphyxie Peinture

A1

Portrait-rideaux-asphyxie2 Asphyxie Peinture

A 2

Portrait-rideaux-asphyxie-main Asphyxie Peinture

A 3

Portrait-rideaux-asphyxie-main-étranglement Asphyxie Peinture

A 4

Portrait-rideaux-asphyxie-masque Asphyxie Peinture

A 5

Portrait-rideaux-asphyxie-drapé Asphyxie Peinture

A 6

La peur

A partir de la première photo, j’ai réalisé un tableau tout en volumes, plis et formes. Un relief sculptural qui devait épouser le transfert photographique au mieux.

Avec la matrice plâtrée,  j’ai réalisé un moulage en résine du visage. J’ai effectué quelques essais au préalable par prudence. Mais malgré cela, ma première matrice à été détruite lors du moulage. J’ai du donc en refaire une seconde, mais dans des conditions différentes forcément. J’ai tenté d’en reproduire une copie exacte  avec Oskar, mais cela fut impossible à cause du drapé. J’ai donc sélectionné  pour nouvelle matrice, la plus conforme, dans mes quelques reproductions.

Au montage, j’ai positionné le moulage obtenu, un textile drapé que j’ai durci, étapes longues, impliquant des temps de séchage inévitables. Enfin, j’ai appliqué mon transfert et renoué avec mes techniques habituelles pour terminer le tableau.

Au final, il comporte une multitude de matériaux , film photographique, résine, peintures acryliques, poscas, tissu,durcisseur pour textile, collages papiers.

Quant au thème, au sens de l’œuvre, il s’était imposé à moi dés la prise de vue, “l’asphyxie mentale“. La peur d’être pris au piège de sa propre pensée. Et plus précisément face à la création. Les méandres, les questionnements, de notre esprit engendrent parfois une forme  d‘aliénation mentale, pétrie d’angoisses et de peurs profondes.

“Asphyxie” a été présenté au jury du Salon, mais n’a pas été sélectionnée. Je dois reconnaître que j’en été déçue, sur le moment. Tant d’heures passées, d’implications et d’efforts pour rien … M’ont un peu découragé.

Aujourd’hui je me dis que cet échec m’a conduit à une remise en question ,  de mes choix et de mon travail. Et même  si je  ne saurais jamais s’il provient d’une technique insuffisante, d’une mauvaise appréciation du sujet imposé, ou encore d’autres multiples  raisons possibles, je poursuis mon évolution personnelle forte de cette nouvelle expérience.

Enfin, je sais que je garderai un affect particulier vis à vis de cette œuvre, qui restera unique pour moi sur de nombreux points. Elle représente une source de défis techniques, d’innovations dans l’exploitation de matières jamais travaillées jusque là, de recherches et d’apprentissages. Elle incarne aussi une connaissance nouvelle de ma capacité à m’immerger, m’imprégner totalement l’esprit, à faire le vide. Plus que de la concentration, j’ai appris à m’escargoter, à me déconnecter de la réalité.

tableau-asphyxie-étape-modelage-tissu Asphyxie Peinture

Asphyxie 7

9070541 Asphyxie Peinture

Asphyxie 8

Tableaux à Vendre

Bonjour, merci, au revoir

Il fallait  bien en passer par là, aller à la rencontre d’un public en majorité néophyte mais néanmoins intéressé. Pouvoir expliquer sa technique, partager, montrer, s’exposer aux regards et à la critique c’est apprendre à parler de soi mais surtout de son travail et de sa démarche.  Alors nous l’avons fait, Frédéric Rolé, photographe et moi-même. Nous nous sommes investi au mieux malgré les horaires, les intempéries et une saison très maussade en terme commercial, nous sommes venus avec nos tableaux et photos aux rendez-vous  hebdomadaires.

Ce fut un été animé, enrichi de belles rencontres, de surprises et d’échanges. Le bilan financier est resté honorable mais nous avons admis tout de même que notre “produit” n’était pas forcement à sa place entre les tatouages et les bijoux artisanaux ou encore les tresses africaines. Nous avons étonné  d’ailleurs de nombreux vacanciers par notre présence quelque peu décalée.

Avec le recul je me dis que l’Art dans la rue, oui pourquoi pas, mais  pas n’importe comment. Je ferai référence à une petite anecdote concernant  Banksy qui à New-York  a fait vendre des toiles originales, dans un marché, toute une journée et qui en a vendu très peu… Ironique, non? Quand on sait que les rares acheteurs ont  investi dans l’un des artistes les plus bankable de la planète. Quand vous exposez vos œuvres, vos tableaux dans une galerie la majorité du public vient les voir avec une certaine curiosité, une envie, en tout cas, une intention. Ici, cela était l’inverse nous venions à leur rencontre.  Nombreux nous ont manifesté un vif intérêt, une réelle curiosité, d’autres ont affiché une totale indifférence, et pour finir  d’autres encore ont vécu un véritable choc culturel(…non, les photos signées et numérotées ainsi que les tableaux originaux, ne sont pas fait à la chaîne en Chine).

Bilan

Je ne regrette cependant aucunement cette expérience qui me fait sourire quand j’y repense. Je suis heureuse de l’avoir faite car cela m’a contraint à me découvrir une patience insoupçonnée, redécouvrir mon triste accent anglais, mais surtout à partager avec l’homme que j’aime une nouvelle aventure.

Affiche-Marché-des-Arts-Royan Tableaux à Vendre Peinture

Affiche Marché des Arts Royan

Ophélie, Edith et Jean-Claude, Elvire et les autres…

La commande

La commande est certainement l’exercice le plus difficile auquel j’ai dû me plier. Répondre à une attente, avec pour critère essentiel de rester fidèle à une image et en préserver sa valeur émotionnelle, tout son enjeu est là. D’ordinaire j’affectionne les  projets sans contrainte, où je crée librement. Mais ce nouveau challenge m’a mis en appétit. Il allait, j’en étais convaincue, me mener à de nouvelles exigences et à évaluer  au mieux mes limites ainsi que mes capacités. En voici quelques exemples.

Ophélie

Alors voilà, Ophélie, petite chienne adorable,  est décédée  il y a un an. Sa maîtresse  y était très attachée. Comme la plupart d’entre nous qui possédons des animaux domestiques, je comprenais bien  le désarroi et la tristesse qu’avait engendré cette perte. L’ayant vécu moi- même, je savais que l’image ainsi que les souvenirs que l’on projette ensuite, sont idéalisés, chargés d’émotion, voire parfois sacralisés.

Notre première difficulté fut de dénicher une photo exploitable que je pourrais  tenter d’améliorer et de travailler pour en faire la base du projet. Celle ci devait répondre à certains critères, émotionnels pour la maîtresse, techniques pour moi.

Je lui ai proposé différentes versions élaborées  sur Lightroom. Finalement elle a sélectionné un portrait en noir et blanc. Pour le texte en filigrane, vu par transparence, son prénom nous a semblé une évidence. J’ai réalisé le tableau avec beaucoup plus d’exigences envers moi-même. Sa valeur essentiellement sentimentale, il  devait témoigner d’une  longue histoire mêlant complicité, fidélité et affection.

Techniquement  je me suis focalisé  surtout sur le regard. Je l’ai intensifié par une pointe d’acrylique afin de rendre du mieux possible ce portrait “vivant” et expressif. Quelques retouches de plus ont aussi été nécessaire pour redonner un peu de netteté aux détails (pelage et truffe).

Commande-personnalisée-chien-tableau Ophélie, Edith et Jean-Claude, Elvire et les autres... Peinture

Ophélie
acrylique/ posca/ transfert photographique/collage – toile format 8F

Edith et Jean-Claude

L’histoire d’amour d’une vie… Où quand l’autre disparaît la vie s’arrête, se fige. Alors que le temps s’égrène lentement, on finit par se perdre dans le souvenir des heures douces et heureuses d’avant. La nostalgie du temps passé, d’une existence, aujourd’hui derrière soi plus que devant.

Edith souhaitait raviver cette image de pur bonheur et d’insouciance que partagent les jeunes amants. Elle m’a donc soumis une photo, vieillie, un peu floue, mais peu importe, une photo magnifique, qui sonnait comme un hymne à la vie, la jeunesse et l’amour, tout en conservant l’intimité profonde de l’instant.

Moi, ça m’a fait des chabadabadas plein la tête… La plage en noir et blanc de Lelouch… Parce que tout ça, c’est intemporel, c’est universel et que  les générations se succédant,  on passe tous par là. Je ne suis pourtant pas axée  sur le passé, mais je me dis que dans 20 ou 30 ans , je regarderai peut-être  des vieilles vidéos ou photos. Je tenterai alors, moi aussi,  ne serait-ce qu’un instant, de ressentir à nouveau ce souffle intense de vie, empli de promesses.

La photo datant des année 60, en noir et blanc. Pour la retouche, je n’ai eu qu’à contraster, tenter de récupérer un peu de netteté et isoler les sujets .Toujours pour la précision des détails, j’ai effectué quelques retouches en finition au posca et à l’acrylique. Enfin, en arrière plan pour illustrer le filigrane, nous avons recherché ensemble différentes citations. Edith a retenu  ” Aimer c’est se donner corps et âme” d’Alfred de Musset. Cette commande m’a beaucoup touchée de par son sens, sa symbolique et son image.

Commande-personnalisée-couple-amour-photo-ancienne Ophélie, Edith et Jean-Claude, Elvire et les autres... Peinture

Edith et Jean-Claude
acrylique/ posca/ transfert photographique/collage – toile format 8F

Elvire

Ah… Les enfants…

Quand se sont les siens ça n’est déjà  pas une évidence de leur faire de jolis portrait, alors ceux des autres …. Les enfants, ça bouge, ça trépigne, ça s’impatiente, ça sourit pas ou ça sourit trop, ça a toujours un truc qui va pas, qui gratte, qui gène …. Bref c’est l’enfer! Pourtant quand on obtient enfin une belle expression, attitude, quel bonheur…

Elvire est une petite fille de huit ans, elle est jolie, intelligente, calme et aussi empreinte d’un sacré tempérament, une vraie personnalité. Sa grand-mère désirait un portrait, simple mais qui laisserait transparaître toutes ses qualités. Je devais faire la prise de vue, soumettre les meilleures épreuves et réaliser le tableau.

Pour cette fois, j’étais dans le “présent”, avec des “vivants” et j’allais donc exécuter la commande de A à Z. Nul besoin de la mettre à l’aise, la pose fut naturelle chez elle,  elle offrit le meilleur d’elle-même prenant la séance comme un jeu. Nous avons privilégié la spontanéité et plutôt que le studio, avons fait le choix de l’extérieur avec une lumière non artificielle. Nous avons sélectionné un portrait, cadré sur le visage en gros plan qui laisse entrevoir la douceur de la petite fille mais aussi son regard pétillant et pénétrant, plein de malice.Techniquement la réalisation fut semblable aux autres, avec toujours quelques accentuations au posca, à l’acrylique, et son joli prénom filigrané en fond.

portait-commande-personnalisée-tableau-elvire Ophélie, Edith et Jean-Claude, Elvire et les autres... Peinture

Elvire
Acrylique / posca / transfert photographique/collage – toile format 30×30

En duo

Mon premier

Mon premier est un endroit charmant ou l’on peut déguster thés et cafés raffinés, Mon petit comptoir, et où j’ai exposé “en duo”.

En effet dans la rue principale de Saint George de Didonne vous ne pouvez ignorer ce petit havre de paix. Décorer avec goût, vous y dénichez des produits variés d’ excellente qualité. Nous investissons les lieux en nombre, de façon régulière, le collectif Gaspard 17 de Royan et moi – même, pour nos réunions  et briefings, dans une ambiance chaleureuse et animée.

Mon second

Mon second est un couple très sympathique, un autre duo, inventif, amoureux des arts , de la vie et des gens,  Élisa et Thomas. Ils ne sont pas originaires de la région et se sont lancés dans cette petite entreprise  avec toute leur énergie. Ils vous accueillent par un large sourire et échangent volontiers. De plus,  passionnés d’Art, ils aiment les artistes et cherchent à les promouvoir. Engagés,  ils participent à l’élaboration d’expositions mettant leurs locaux à disposition. En jeune couple fourmillant d’idées,   ils tentent d’insuffler un vent de nouveautés sur leur petite ville d’adoption.

Mon troisième

Mon troisième est un autre couple réuni pour la première fois dans une exposition en duo.

En effet, pour mon plus grand plaisir, nous partageons avec  Frédéric Role une exposition de trois semaines. Nos prises de vue étant en général réalisées ensemble, nous obtenons cependant des résultats très différents. Et c’est bien là tout l’intérêt. D’un même sujet, chacun y appose son style , sa vision et un sens qui lui est propre. En couple à la ville c’est tout naturellement un aboutissement de présenter notre travail de concert. Une belle aventure, un joli moment, de belles rencontres qui conjuguent parfaitement vie privée et vie publique.

Mon tout

Mon tout est une invitation le 21 Juin 2014 à 18h pour le vernissage, soleil, apéritif et victuailles en prévision où nous aurons le plaisir de vous recevoir en duo.
Séance de rattrapage néanmoins pour les indisponibles du 16 juin au 10 juillet 2014.

Affiche-Exposition-En-duo En duo Peinture

Affiche Exposition En duo

En à corps

index En à corps Peinture

Le corps nu

“En à corps” La Rochelle, du 31 Mai au 12 Juin 2014. Une très belle exposition dans un cadre magnifique, peintres, sculpteurs et photographes sont réunis autour d’un thème indémodable, le Nu, le corps. Cette exposition s’est vue organisée à l’initiative de plusieurs associations rochelaises d’artistes de tous horizons et disciplines confondues. J’ ai été sollicitée, amicalement conviée à y participer par le collectif de Gaspard 17. Accueillant cette belle surprise comme un honneur, je ne voulais surtout pas présenter des œuvres dont je ne serais pas satisfaite. C’est pourquoi j’ai beaucoup réfléchis et j’ai mis tout en oeuvre pour mettre le corps dans tous ces états.

Sur la peau

J’ ai opté après maintes réflexions pour  la thématique de la texture de la peau. Plutôt que de privilégier le corps et ses formes , j’ai axé  mon travail sur leur mise en valeur. Afin de transfigurer la matière par la matière, j’ai fait le choix de la carbonite pour son velouté, sa brillance, et l’argile pour sa texture  sèche formant des plaques craquelées. La pertinence et la cohérence de ma thématique ont imposé de fait, des plans serrés sur le détail.

Les supports sont aussi différents, châssis toilé tapissé d’une feuille d’aluminium rigide pour la première série, plexiglas pour la seconde.

Petite anecdote cauchemardesque, à l’accrochage, un plexiglas est tombé et un angle s’est cassé net. Il était 11h00 du matin, à 17h00 la mise en place était close. Après un périple de plusieurs heures dans La Rochelle, j’ai enfin  trouver une entreprise capable de recouper correctement le plexiglas. Beaucoup de sueurs froides plus tard,  le tableau était enfin installé, avec un format tronqué certes, mais c’était toujours mieux que rien. Bref j’ai vécu mon pire souvenir d’exposition ce jour là.

mains-carbonite-tableau-nu En à corps Peinture

Les mains d’argent

tableau-nu-carbonite-mains-ventre En à corps Peinture

Les mains d’argent 2

argile-tableau-main-plexiglass En à corps Peinture

Silicate

tableau-argile-corp-nu-plexiglass En à corps Peinture

Silicate 2

 

Entre Jaunes et Rouges

affiche-exposition-rouge-jaune-royan-gaspard-louis-simon-galerie Entre Jaunes et Rouges Peinture

Affiche Exposition Galerie L. Simon

Exposition

Exposition du collectif d’artistes royannais  Gaspard17 à Royan. Si vous avez suivi un peu mes derniers articles, les bulles stellaires jaunes et rouges, ainsi que les expériences à la carbonite se sont métamorphosées en quatre plexis pour cette exposition royannaise du 06 au 15 Mai 2014 à la Galerie Simon. Le vernissage est prévu quant à lui, le 06 mai 2014 à 19h00.

Aprés une séance d’accrochage dans la bonne humeur, l’ensemble du collectif a trouvé sa place. Et pour la toute première fois, je partage avec joie cet évenement avec mon conjoint, le photographe Frédéric Role.

Présentation

Les deux premiers tableaux ont donc été élaborés à partir d’une première série “Under my skin“. Les photos originales des transferts étaient en noir et blanc, un parti pris volontaire. En effet , il m’était apparu intéressant d’y apposer la couleur moi-même, par couches successives d’encres jaunes, rouges, orange et noir. Avant tout, le but consistait  à conserver la transparence, pour ne pas perdre le détail.  La densité de la coloration fut obtenue selon la saturation des encres, tantôt pures tantôt diluées. Apporter la touche chromatique sur un fond noir et blanc s’est apparenté à une forme de coloriage, la technique du lavis ou de l’aquarelle.

Pour les deux autres plexiglass, les photos de départ étaient  déjà polychromes, nées d’une série intitulée “Dans ma bulle” et racontées dans ” De la chimie ” Il ne m’a donc fallu  que réintensifier  certaines parties du transfert,  et ce, toujours avec les encres.

Les quatre tableaux sont,au final, réalisés avec la même technique, encres colorées, peintures acryliques pour densifier les noirs, poscas, transferts photographiques et collages. Les formats sont de même,  identiques, 40×50.

portrait-encre-tableau-plexiglass-jaune-rouge Entre Jaunes et Rouges Peinture

Under my skin

main-plexiglass-tableau-rouge-jaune-cigarette Entre Jaunes et Rouges Peinture

Under my skin 2

Bulle-planete-rouge-jaune-tableau-plexiglass Entre Jaunes et Rouges Peinture

Dans ma bulle

plexiglass-bulle-jaune-rouge-planete-1 Entre Jaunes et Rouges Peinture

Dans ma bulle 2

Silicate

Les pendants

L’expositionen à corps” se rapprochait à grand pas, deux des quatre tableaux à présenter étaient déjà prêts. Comme je l’avais expliqué précédemment, pour cette exposition sur le nu, ma thématique s’orientait sur la texture de la peau, enduite dans un premier temps de carbonite, d’argile ou silicate pour le second, à voir dans “Under my skin“.

Le minéral

Il me semblait essentiel de reproduire les conditions de prise de vue de la séance à la carbonite. Un éclairage minimal, avec mes petites lampes à led, accentuerait à nouveau le détail, la priorité du sujet. Le cahier des charges s’est avéré cependant bien différent. L’argile est  un minéral,  mélangée à  l’eau,  il forme une pâte plus ou moins liquide, difficile à appliquer uniformément. Celle-ci a séché très rapidement, formant de petites craquelures. Elle s’émiettait jusqu’ à disparaître totalement, réduite en poudre, son état originel. Lutter contre le temps fut un réel défi.

Techniquement, l’aspect matifié de l’argile, sa désagrégation aléatoire, ont apporté à la série un résultat à l’opposé de la première, but recherché. La peau était devenue statuaire,  comme peinte par la matière qui formait des reliefs discontinus, des teintes nuancées selon l’humidité encore contenue.

 

 

photo-nu-argile-dos Silicate Peinture

S 1

photo-nu-ventre-argile Silicate Peinture

S 2

Photo-nu-portrait-argile Silicate Peinture

S 3

photo-visage-argile Silicate Peinture

S 5

Photo-nu-dos-mainsargile Silicate Peinture

S 6